Stéphane Menti

Performance, Théâtre.

STÉPHANE MENTI Né en 1984 à Grenoble, il vit à Bruxelles. Il a étudié les arts appliqués (baccalauréat), les arts contemporains avec l’obtention d’une licence à l’école supérieure d’art et design de Grenoble-Valence, puis d’un Master aux beaux-arts de Nantes (2013) et la Chorégraphie avec une formation à L’Académie Supérieure des Arts et des Chorégraphies de Bruxelles (ISAC; 2016). Il a été interprète pour Olivia Grandville, Albert Quesada, Louise vanneste et Bernard Gigounon, Colyne Morange. Il a officié au sein du groupe de recherche Ruser l’image avec, entre autres, Latifa Laâbissi et Isabelle Launay. Il a été monteur-cinéma pour le réalisateur jean-Denis Bonan, co- fondateur avec François Rollin de Ciné Lutte. Avec Cindy Séchet, Ils travaillent ensemble sur le projet «La salle des fêtes», au sein du COLLECTIF BAAL qu’ils ont fondé avec Louise Doumeng. Il co-réalise avec Tatiana Bureaux un documentaire autours de la scène SLAM bruxelloise , pendant la saison 19/20 où une pandémie est survenue.

Quelque chose de sérieux Sur scène, un homme danse, chante, parle, crie, fuit. Il tourne autours du sujet, ne va jamais droit au fait, joue avec les mots : il ne souhaite pas gêner son auditoire avec ces histoires personnelles. La mémoire est comme un cabinet de curiosités, et les souvenirs sont les objets que ce lieu abrite. Certains sont en réserve, emballés, quand d’autres sont exposés, accompagnés d’un cartel. Cet homme est surement le médiateur d’un de ces cabinets. Il se confronte à la question «Qu’est ce que parler veut dire?», c’est à dire au langage contextualisé dans les différentes réalités sociales traversé par la vie de l’homme dont les souvenirs sont issus. Il désigne en boucle des choses plus ou moins banales dans l’espace vide, sans décors. De ses répétitions semble se déplier petit à petit des récits cachés : le public est peut être face à la manifestation d’un secret difficile, Quelque chose de sérieux est pourtant léger et drôle. Il se déplace à une intersection entre le besoin de raconter cette vie, et la croyance que le silence est d’or. Le désir de s’exprimer, et la peur de ne pas savoir le faire : Quelque chose de sérieux sublime cet effort narratif, cette délicatesse à vouloir masquer quelque chose de sa vie pour ne pas malaiser. Il expose la difficulté à dire les choses pour en pointer la perpétuelle nécessité. Écriture, mise en scène et interprétation : Stéphane Menti Dramaturgie, conseil artistique : Alice Gautier Création Lumière et régie générale : Luna Moncada Regard artistique : Louise Doumeng, Loïc Touzé, Ondine Cloez, Cindy Séchet Soutien à la production : Collectif BAAL, La Cabine – cie Nathalie Béasse avec le soutien de : ORO/Honolulu (Nantes), le Théâtre de la Vie (Bruxelles), INUIT ( Rennes), Sill (Nantes).

N° sur le plan: 24

Lieux d’exposition: Rue Van Aa 73, 1050 Bruxelles

Samedi