Cultures & Publics asbl

Arts Plastiques, Collectif, Photographie

Cultures & Publics est une Asbl ixelloise nées en juin 2020 qui regroupe actuellement 17 artistes en résidence, rue Mercelis 81. Nous développons l’idée que les artistes ont un rôle crucial à jouer dans la Cité pour créer du lien social et pour favoriser le rapprochement des cultures et des communautés.

Notre collectif d’artistes souhaite proposer des exposition, installations, concerts et performances autour du thème « L’Utopie réaliste, en 2021 » Il s’agira pour nous de présenter un événement populaire participatif pour les publics autour d’artistes qui évoluent dans un registre pluridisciplinaire. Notre résidence comprend deux maisons séparées par une belle cour/jardin exotique pour une surface totale de 600m2. La résidence qui se nomme la Maison Commune souhaite inclure les publics dans toutes ses conceptions artistiques.

Les Artistes : 

Olivier Guilmain
est le co-fondateur de la Maison Commune en 2020 et de l’Asbl Cultures & Publics, en 2019 . Il pratique la photographie numérique et s’inspire notamment du mouvement pictoraliste du début du XXème siècle (Robert Demachy (1859-1936), Alvin Coburn (1882-1966), Edward Steichen (1879-1973).  Un courant artistique qui entendait lutter contre la standardisation des images qui découlait des révolutions techniques qui mirent l’acte photographique à la portée d’un public de plus en plus large. Dans sa pratique photographique la plus récente, Olivier Guilmain interroge la mort programmée du désir et de l’individuation à l’heure troublée de « 
l’amour de l’ordre et des ordres. » 

Emma Missal
a fait les Beaux-Arts de Biarritz, puis l’ICART, école des arts et de la culture (Paris) et pratique la photographie et les collages qui sont deux pratiques qui se répondent naturellement. Elle s’inspire de paysages quotidiens recherchant les détails, poursuivant les ombres et les reflets récurrents, créant la disparition d’un élément pour en faire naître un nouveau.  Avec ses collages elle invite le visiteur à se défaire de la réalité, elle le désoriente et le fait voyager dans une dimension onirique et surréaliste.   Elle a exposé au  DOC B  de Pantin au mois de mars 2020.

Laura Verhaeghe
Entame des études à Arts2 au sein de l’option peinture où elle en sort diplômée en 2020. Pendant son cursus, elle expose dans divers lieux : Au MAC’s à Hornu, à Tanger au Maroc, à Mons, … Sa pratique s’articule autour de la peinture à l’huile et de la peinture dite « sans support », une technique mise au point afin de créer une peinture autosuffisante

Haleh Chinikar
Née en 1986 en Iran, Haleh Chinikar s’installe à Bruxelles en 2007 afin de poursuivre des études en graphisme et théâtre. Elle parachève son parcours académique par un Master en cinéma. Dans une approche multidisciplinaire, elle prend la liberté d’explorer différentes formes d’expressions (collages, photos, vidéos, documentaires, installations et performances). La poésie déclinée aussi bien en persan, en anglais, qu’en français reste le pilier de ses créations.

Simon Lavenne 
Non-diplômé en bande-dessinée à Saint-Luc, diplômé en graphisme au 75, les expositions de La Maison Commune sont les premières de Simon Lavenne (celles faites dans un cadre scolaire ne comptant pas, à ses yeux). Aimant particulièrement les œuvres à la croisée de plusieurs médiums et le potentiel taquin et subversif de l’art, c’est ce qu’il met en place dans son travail.

Simon Outers
est artiste graveur, sérigraphe et peintre à ses heures, diplômé de l’école de Recherches Graphiques de Bruxelles après un 5 années à la Rokh académie et l’Ecole des Arts d’Uccle. Exposé à plusieurs reprises en Galerie, représenté maintenant par la « galerie du Salon d’art » à Bruxelles qui va éditer un second petit livre illustrant son travail. Professeur de sérigraphie à l’EPEP et responsable de l’Atelier Marteau à Saint Gilles.

France Lamboray
Styliste-modéliste de formation, costumière depuis 25 ans, animatrice socio-culturelle en film d’animation et enseignantes à ses heures…. France Lamboray, Bruxelloise d’adoption, cherche à se réinventer artistiquement en participant une nouvelle fois à la résidence de la Maison Commune de Cultures & Publics sur le thème commun de « L’Utopie Réaliste » cette fois-ci , via la manipulation de nouveaux médium…

Aurélia Jacques
travaille comme Directrice de création en identité visuelle. Elle aime analyser / accompagner / réinventer / révéler / mais surtout donner du sens et définir une écriture singulière dans chaque projet. Dès que son emploi du temps lui permet, elle s’évade dans un univers à la fois sensible et poétique comme l’illustre son dernier livre «Hymne à l’Amour» et son univers illustratif qui associe collage et encre de chine.

Coryse Mwape
Née en 1976 à Bruxelles, Coryse Mwape est agrégée en Histoire de l’art (Arts Non-Européens) et pratique différents médiums artistiques tels que le dessin, la peinture, la céramique, l’écriture et la photographie. La nature est une grande source d’inspiration, qu’il s’agisse d’en utiliser des éléments (écorces, mousses, feuilles séchées) ou d’en saisir des détails et des formes, mais aussi les univers féminins dans ses thèmes universels comme le travail de l’argile. De par ses multiples expériences professionnelles et projets, elle questionne la place des savoir-faire anciens dans nos sociétés. Pour la Maison Commune #2, l’Utopie réaliste, son travail artistique est composée de deux volets : la création céramique et la mise sur pied une plate-forme numérique visant à reprendre, suivant un classement réfléchi et alimenté régulièrement, les productions céramiques produites par les femmes dans le temps et dans l’espace. En tant qu’activité traditionnelle réservée aux femmes, la poterie est une héritage universel qui parle des femmes mais aussi de la société, de ses pratiques alimentaires, artisanales, maritales, etc. ainsi par ce médium, la poterie devient le prisme par lequel la condition de la femme est perçu dans le temps et dans l’espace.

Karim Djaoui
est un artiste autodidacte multidisciplinaire. Depuis quelques années, il travaille le fil sur des supports variés allant du tissu aux photographies anciennes en passant par des cartes géographiques et des papiers recyclés dans des formats de toutes tailles. Sa série de portraits brodés, débutée en mars 2020, comporte plus de 200 pièces. Il en réalise aussi sur commande.

Pour le projet Utopie réaliste, il réalise une broderie d’un ensemble de 8 personnages sur une carte routière de 1M42 X 1M00.

Expositions collectives

« Cartes de visite – ARTopenKUNST », Bruxelles-Ville, 2021.

« Quand on n’a que la mer » (Parcours d’Artistes de Saint-Gilles 2020).

« Les Cent Culottes » (projet participatif), La Maison du Livre (septembre-octobre 2020)

« [No] Visa (pour le monde) », Galerie No Bord’art, juin-juillet 2019.

« L’art de rien. Du recyclage aux nouvelles vies » (octobre 2019, Pierre Papier Ciseaux)

Parcours d’Artistes 2018 de Saint-Gilles (à mon domicile).

« Peace of Art » 2018, Maison du Peuple, au profit de la Plateforme de soutien aux réfugiés

Expositions individuelles : Salon John Velasquez, Nuovo Rosso.

 

 

 

Cecilia Pençanha
La peinture, le dessin, l’illustration font partie du travail de Cecilia Pençanha, qu’accompagne de nombreuses couleurs, détails et images presque surréalistes. Cecilia Peçanha aime l’art, la musique et la pédagogie musicale, se consacrant au développement professionnel de ces domaines tout le temps. Elle est également multi-instrumentiste (flûte à bec, flûte traversière, guitare, voix, percussions) diplômée par Conservatoire Royal de Bruxelles, ville où elle habite actuellement.

Daniel Soil
Né à Ixelles. Enseigne d’abord. Animateur ensuite d’associations de jeunes. Travaille, depuis Bruxelles, à la promotion des créateurs belges, successivement au Québec, en Afrique, en Europe centrale et en Europe du Sud. De 2004 à 2008, diplomate culturel au Maroc – puis en Tunisie de 2008 à 2015 -, chargé de la culture, de l’éducation et des liens entre les sociétés civiles. Cette vie d’échanges internationaux a nourri une demi-douzaine de romans et une multitude de photos où l’humain occupe la meilleure place.

Caroline Cochaux
Depuis mes débuts en photographie, j’ai toujours adoré capturer le mouvement dans un environnement figé; la prise de vue en basse lumière avec mon trépied me permettait, par exemple, de transformer les personnes en mouvement en sorte d’ombres ou fantômes, laissant une trace de leur passage… Ma démarche est ici revisitée en pleine lumière. Le filtre ND est détourné de son utilisation habituelle pour photographier les personnes en mouvement dans leur environnement. Il n’y a pas d’effet autre que celui créé à la prise de vue. Je découvre la photographie au moment où elle se révèle à l’écran, c’est une surprise à chaque fois. Ce concept de dualité est à mon avis particulièrement d’actualité durant cette période inédite… Nous ne faisons que passer, mais nous sommes là, présents, ceci est un témoignage de notre passage, un témoignage de vie; nos instants suspendus, leurs ‘Transitions’. Le thème de la mer me touche particulièrement, mêlant ‘paysage figé’ (la plage / le ciel), ‘paysage mouvant’ (la mer / les nuages) et silhouettes de passage… Certaines de mes photos ont été retravaillées en post production, combinant texture des peintures de mon frère Olivier à certaines de mes prises de vue – fil conducteur entre nos deux démarches, où la dualité devient unité…

Olivier Cochaux
travaille beaucoup autour du thème de l’éléphant et du corps humain en jouant des tonalités naturelles, le relief et la texture (en majorité des grands formats, peints sur bois. Pour cette exposition, il présentera des peintures qui font écho à des photographies de sa sœur Caroline, elle aussi exposante.

Barbara Dauwe (Alias Rouge C.)
Comédienne, conteuse, metteuse en scène, peintre, mais aussi auteure et illustratrice. Au sein de son asbl l’Arbre à Plumes, elle écrit, édite, conte et travaille à la rencontre entre les arts. Barbara est une amoureuse du Japon, pays qui la fascine et l’envoûte. Dans cette résidence d’artiste sur l’Utopie Réaliste, elle travaille sur un spectacle de Kamishibai en alliant tous ses talents. En partant du conte japonais de Urashima Tarô, elle nous questionne sur notre rapport au temps.

Silvia Marazzi,
danseuse performer et chorégraphe italienne basée à Bruxelles. Diplômée en danse contemporaine et conservation du patrimoine culturel à Milan, Silvia commence sa carrière comme artiste indépendante en participant à plusieurs festivals européens. Elle poursuit ses explorations artistiques à Montreal en collaborant à plusieurs projets artistiques indépendants entre Ottawa et New York. En 2018, elle s’installe à Bruxelles ou elle rejoint différentes compagnies de danse et théâtre.

Eric Weytens
Photographe professionnel et photographe de presse, Eric Weytens a plusieurs expositions à son actif en Belgique et en Allemagne. Il aime mettre des mots en images et donner vie à ses émotions. Certaines personnes jonglent avec les mots, il jongle avec les images pour traduire des moments de vie et figer le moment présent. Prendre une photo, c’est capturer un moment furtif pour l’éternité.

Marie Wardy

Américaine d’origine libanaise, Marie Wardy possède une formation pluridisciplinaire : dessin, gravure, installation, peintures, sculpture, vidéo et suit un cours de photographie depuis 2017. Marie à reçus plusieurs prix . Elle a exposés de nombreuses fois en Belgique, à participé à la biennale de Paris en 1999, à l’Art Galle Le Puget Alzonne dans l’Aude et puis récemment à l’expo de Cultures & Publics « Femmes artistes de culture musulmane »…suite à cette belle rencontre, Marie rejoins la résidence de la Maison Commune 2 pour s’exprimer sur « L’utopie Réaliste »

 

 

N° sur le plan: 16

Lieux d’exposition: Rue Mercelis 81, 1050 Bruxelles

Vendredi – Samedi – Dimanche

www.culturesetpublics.be